RECHERCHE EXPÉRIMENTALE

Recherche libre et populaire à but non lucratif.

Bienvenue sur la page des projets expérimentaux à Permaforêt.

Tous les projets sont à but scientifique, écologique, pédagogique et non lucratif. Déjà 17

 projets en cours d'expérimentation dans la forêt-jardin.

Certains projets sont ouverts à l'expérimentation collective 

Les projets aboutis en agroforesterie donneront lieu à des publications sous licence creative commons (BY NC ND)*. 

Le site permaforet a vocation à évoluer vers une plateforme de recherche participative dans les 5 ans ( 2020) avec un système de dons populaires (crowdfoundingresearch), dont les membres de l'Association Permaforêt pourront bénéficier en participant à un projet existant ou en proposant des projets en lien avec les thématiques de recherche à Permaforêt.




Vous pouvez
 dès aujourd'hui :
    • soutenir la mission générale de Permaforêt (faire un don).
    • donner du matériel de recherche seconde main (ex : microscope)
    • collaborer à un projet expérimental (contactez Natacha )


Merci pour votre soutien !



LES PROJETS

Soutenez le recherche en agroforesterie (voir les conditions d'utilisation).

17 projets en cours à découvrir 
Les projets peuvent être développés, modifiés ou annulés par la simple décision de Permaforêt et de ses membres, à tout moment, selon le déroulement de l'expérimentation. 

PROJET TOMATE

Compagnonnage de la Tomate


QUALITE NUTRITIONNELLE des TOMATES cultivées en polyculture.

Etape 1 : ok
2013-2014 : Observation et analyse du biotope spontané de la tomate en France.

Etape 2 : ok
2014-2017 : Expérimentation de cultures associées de la tomate selon le biotope phytosociologique de la tomate.

Etape 3 : ok récolte en cours
2017 : Expérimentation de semis par voie digestive.

Etape 4 : en cours
août-septembre 2017 :
Analyse nutritionnelle des tomates issues de cultures associées (1ère génération).
Analyse comparative des tomates commerciales de la même variété issues de supermarché ou bio. (tomate green zebra, tomate cerise, tomate grappe ...)

Etape 5 : 
2018-2019 renouveler l'expérience et les analyses sur la 2ème et 3ème génération de tomates issues par voie digestive.

Vos dons financent directement cette recherche. La récolte est en cours. Nous faisons des devis pour budgéter cette analyse de qualité nutritionnelle.
Les résultats seront publiés et en accès libre.





Projet cacaquinière

Semis par voie digestive 


Semis des pépins par voie digestive

Parmi les espèces comestibles que nous consommons, il y a des graines dont le mode de dissémination naturelle est de voyager dans le tube digestif des animaux. Et ils sont nombreux, surtout chez les fruitiers ligneux ou lianescents : pomme, poire, nashi, coing, figue, kaki, asiminier, sureau, cerise, prunelle, aubépine, arbousier, argousier, chalef, olive, agrumes, vigne, kiwi, kiwaï, mûres, framboises, goji, églantier, mais aussi légumes : tomates, courges, courgettes, melons ... 

Homo sapiens, comme tout mammifère, peut participer à propager les graines qu'il mange dans la forêt comestible qu'il entretient. Le saviez-vous ? Ces graines sont enrobées de mucilage qui facilite la digestion et d'autres fonctions physiologiques, notamment enzymatiques. Les graines profitent à leur tour de la matière organique et des micro-organismes du système digestif de leur hôte pour pousser. On sait aujourd'hui, d'après des études récentes, que nous partageons des bactéries communes entre le sol et le corps.

De plus, selon la saison et l'animal, les graines connaîtront des conditions différentes de semis. On remarque notamment des associations différentes dans le bol alimentaire des fientes selon l'espèce mais ainsi selon la saisonnalité, ce qui va influencer la composition du paysage et la biodiversité, jusqu'à la levée de dormance même de la graine et la microflore de son lieu de croissance dès les premiers moments de la vie de la plante.

La "Cacaquinière", comme ainsi baptisée par les participants à Permaforêt, est la pépinière fertile issue des toilettes sèches. Terre Homme Humus , ainsi va la vie ... 

Ce projet vous inspire ? Si vous voulez collaborer à l'étude des plantes semées par voie endozoochores et l'expérimenter sur votre terrain, contactez Natacha. En mutualisant nos observations et nos retours d'expériences, nous pourrons réaliser une base de données.

L'expérimentation consiste à :
  • Restaurer le semis endozoochore chez les espèces à pépins
  • Observer les aptitudes des plantes semées de cette manière (recherche participative ouverte à l'expérimentation collective)* 
  • Valoriser un service écologique chez l'homme
  • Valoriser les toilettes sèches (cacaquinière) ou in situ dans le biotope de référence ou au pied des arbres par exemple.
  • Faciliter la digestibilité des repas grâce au mucilage autour des graines.
  • Observer le bol alimentaire dans les fientes des animaux (oiseaux, chauve-souris et mammifères) et leur impact sur la saisonnalité de plantation (vernalisation ou non) ainsi que sur les espèces compagnes  (phytosociologie) et les micro-organsimes (bactéries, ems, champignons etc...)
L'étude a pour fonction d'expérimenter et d'observer les aptitudes des graines semées par cette voie. Elle ouvrira une porte sur une lecture complémentaire de la biodiversité du paysage dans une forêt. Et offrira une réflexion sur le potentiel de dissémination et d'extension intra-forestière grâce aux corridors écologiques.



PROJET FRAISE

Fraise en agroforesterie


EXPERIMENTATION DE CULTURE DE FRAISES EN AGROFORESTERIE

Etape 1 : Biotope de la fraise des bois, fragaria vesca.
  • Etude du biotope de la fraise des bois, fragaria vesca
Etape 2 : Expérimentation en agroforesterie (depuis 2013 )
  • Expérimentation de paraculture de fragaria vesca (depuis 2014).
  • Expérimentation de culture de fragaria vesca en mycogardening 
  • Expérimentation de régénération de biotope pour fragaria vesca, fragaria x ananassa (depuis 2016).
Etape 3 : Grainothèque
  • Recherche de variétés anciennes de fraises et de variétés fertiles (2016)
  • Collecte de variétés anciennes dans les banques de graines européennes et internationales. (2016-2017)
  • Création d'une collection vivante de fraises anciennes.





PROJET CHARDON

Paraculture de chardons 
Cultiver avec les Chardons.


Quels sont les potentiels de régénération et de culture sur une terre à chardons? Depuis plusieurs années j'observe des biotopes à chardons de différents types de terre et de milieux, tous les plus incultes les uns que les autres. Grâce aux plantes bio-indicatrices, il m'est venu l'idée de cultiver ces terres tout en les régénérant grâce aux chardons et ses plantes compagnes. Après plusieurs expérimentations à petite échelle, nous lançons un appel à candidature pour expérimenter à l'échelle agricole. Vous êtes agriculteurs-rice, et vous souhaitez mettre à disposition une terre agricole en friche où pousse spontanément des chardons (d'une superficie de 1000m² à 1 hectare ? ) En 2017, Natacha vous propose de collaborer à un projet expérimental sur 3 à 5 ans : cultiver une parcelle à chardons tout en la régénérant. Le compte rendu de l'expérimentation sera en open source.

1ère étape : observation et étude des biotopes à chardons (depuis 2010)
  • Chardon penché - carduus nutans, Panicaut champêtre, eryngium campestre, Cirse des marais - cirsium palustre, Cirse laineux, Cirse des champs, Cirse commun - cirsium vulgare, Cirse maraicher- Cirsium oleraceum, Binges (21)
  • Le Goth de la montagne (63)
  • Villard de Lans (38)
  • Panicaut champêtre - eryngium palustre, panicaut maritime - eryngium maritimum, chardon marie, chardon ???; Saint Cyprien (54)
  • Cirse commun - cirsium vulgare ; Uchon (71)
2ème étape : expérimentation de paraculture de chardons
  • terrain 1 : paraculture de cirse des champs - cirsium arvensis;
    talus compacté, ph>7, calcaire, xérophile, héliophile, rudéral, zone urbaine polluée - Binges (2014-2015)
  • terrain 2 :  paraculture de cirse laineux - cirsium eriophorum;
    terre agricole céréalière en zone humide (design 2014)
  • terrain 3 : paraculture de Cirse commun - cirsium vulgare, carotte sauvage et nfp.
    terre forestière, pente silico-argileuse en zone humide ombragée à contraste saisonnier estival. - Uchon (2016-2017).mycogardening avec grande lépiote et pleurote du panicaut.
3ème étape valorisation des potentiels du chardon commun à Permaforêt (2016, 2017 )
  • 2018 publication du biotope de chardon sur le blog permaforet.blogspot.com

4ème étape : échelle agricole (à partir de 2017- pour 5 ans jusqu'en 2021)
  • 2017 : proposition de régénération d'une parcelle agricole en friche avec des chardons - proposition de collaboration avec un-e agriculteur-rice voulant expérimenter la régénération d'une terre où pousse des chardons sur une parcelle expérimentale entre 100m² et 1 hectare. ( candidature contacter Natacha ). Si possible dans la région, à -100km afin de faciliter les déplacements.
  • 2017 : observation de terrain, levée de dormance du terrain en friche avec chardons spontanés, diagnostic de biodiversité, analyse des besoins et des potentiels de régénération, proposition de design régénératif. analyse de la vie du sol en laboratoire à la charge de l'agriculteur - prélèvement de départ.
  • 2018 : mise en place du design permacole. implémentation des ilôts de végétation et zoning, expérimentation de culture à partir des plantes sauvages bio-indicatrices. analyse de la vie du sol en laboratoire à la charge de l'agriculteur - prélèvement de suivi
  • 2019 - 2020 : renouvellement de l'expérimentation sur un nouveau cycle bi -annuel, observation de l'évolution des plantes bio-indicatrices. analyse de la vie du sol en laboratoire à la charge de l'agriculteur - prélèvement comparatif avant/après.
  • 2021 : compte rendu open source, feed back et témoignage de l'agriculteur-trice.

PROJET SAFRAN

Graines de safran ?


Les crocus sativus peuvent-ils retrouver leur fertilité ?

La régénération du biotope naturel du safran et un autre mode de cueillette peuvent-ils restimuler la production de graines fertiles chez le safran ?

Le safran, crocus sativus, ou crocus cultivé, est vraisemblablement issu de crocus cartwrightianus, du bassin Méditerranéen (Italie, Orient, Iran). 

La variété domestique est triploïde, (3 jeux de chromosomes) et stérile, alors que la variété sauvage est diploïde et fertile.

Les crocus sont des iridacées, à fleurs hermaphrodites, à pollinisation entomogame et à dissémination barochore.  Il est donc possible d'imaginer la renaissance de la fructification des capsules à graines par la pollinisation des insectes et semis spontané.

Ethnobotanique et épigénétique : depuis des millénaires, le mode de cueillette traditionnelle de la fleur de safran consiste à couper les fleurs entières, dès le 1er ou le deuxième jour d'apparition de la fleur. La plante se multiplie par voie végétative du bulbe, une forme de clonage naturel, sans diversité génétique, qui correspond en fait, à une excroissance des systèmes de mise en réserve des cormes. Les cormes sont arrachés, divisés et replantés chaque année; les cultures sont déplacées tous les deux ou trois ans. Les safrans sont souvent cultivés en monoculture sur terre aride, calcaire et rocheuse ph>7 (alpes, quercy, bourgogne), ou silico-argileuse légèrement acide à ph <6 pour favoriser le développement des arômes (Iran, Pyrénées) voir à pluviométrie importante (Cachemire, Bretagne, Pyrénées, Alpes Suisse, Morvan). Dans l'ouvrage de Vilmorin, 1883, il est mentionné que le safran produit quelques fois des graines... mais qu'il est reproduit par voie végétative. Le safran est parfois subspontané en Savoie (source Tela Botanica). 

D'un point de vue comportemental, il est même possible que ces techniques de culture conditionnent l'expression mâle des fleurs ? La plante mettrait en dormance sa fertilité florale, faute de ne plus pouvoir remplir son rôle de pollinisation, de fécondation et de dissémination, et produirait par défaut des fleurs mâles stériles.

Le safran violet, triploïde domestiqué, produit des fleurs mâles dont le pollen est stérile ou de très mauvaise qualité, mais s'il est pollinisé par le safran blanc, diploïde sauvage, Crocus cartwrightianus, ou Crocus thomasii, il produira des graines, mais les graines de safran ne sont pas viables. Un expérimentation locale en France à partir d'une pollinisation croisée avec le safran blanc a produit au bout de 6 ans une variante de plante à fleur violette, comme cela a peut-être pu se produire lors des premières manipulations du safran sauvage en Iran. L'expérimentation suit son cours...

Cette stérilité est-elle rétroactive ? Peut-on réveiller l'expression des gènes de fécondité chez le safran cultivé par la modulation de 5 facteurs comportementaux et environnementaux (épigénétique) ? Le changement comportemental et environnemental de la culture de safran en milieu naturel peuvent ils faire varier l'expression de la sexualisation des fleurs hermaphrodites de safran ?

A Permaforêt, la culture de safran, propose un nouveau mode de culture et de cueillette. Le geste de la récolte du pistil respecte la physiologie de la plante et maintient le rôle écologique de la fleur : la pollinisation. La cueillette respectueuse du crocus préserve les fleurs : les fleurs, les pétales et les étamines sont laissées sur la plante, seuls les pistils sont cueillis à la main. 5% à 10% des crocus sont laissés entiers pour restimuler la pollinisation par les insectes et encourager la fructification potentielle de la plante. La fleur continue son rôle et les pollinisateurs bénéficient du pollen. Une partie des pistils sont cueillis à la main le jour de l'ouverture ou le lendemain. Les cormes de safran sont laissés en place, ne sont ni arrachés ni divisés, fidèlement au comportement sauvage des Iridacées dans la Nature.

L'expérimentation devra vérifier si oui ou non le changement de mode de culture et de cueillette permettent aux crocus de ré-exprimer leur fertilité. Si l'expérience porte ses fruits, cela permettrait de reproduire des graines de safran, recréer une diversité génétique chez les safrans cultivés.et cultiver une plantation de crocus sativus par semis. Nous envisageons à terme la paraculture de safran sauvage, crocus cartwrightianus albus.





1 ère étape : étude du biotope des crocus à floraison automnale en France (printemps 2016) pur acclimatation en milieu naturel : ok/
  • crocus nudiflorus (toxique), " le crocus à fleurs nues", " le crocus d'automne" (toxique).
  • colchicum automnale (toxique), " le colchique d'automne", "le safran des prés".
  • recherche d'information sur les cultures à partir de crocus safran blanc, le safran sauvage, crocus cartwrightianus albus.
2ème étape : régénération de biotope de safran bio, crocus sativus à pistil comestible (juin 2016). ok/

compagnonnage phytosociologie, d'après la biodiversité des crocus sauvages à floraison automnale, colchicum automnale (toxique), " le colchique d'automne", "le safran des prés",  et crocus nudiflorus " crocus à fleurs nues", "crocus d'automne" (toxique).
implantation réalisée en juin et en septembre 2016. observation en cours pour une durée indéterminée.

3 ème étape : expérimentation d'un mode de cueillette ciblée des pistils (novembre 2016). validé /

4 ème étape : expérimentation de paraculture de crocus safran sauvage, le safran blanc, crocus cartwrightianus albus. (2017-2018)

5 ème étape : observation du comportement et de la réponse des plantes et des pollinisateurs ( à partir d'automne 2017 et 2018 pour une durée indéterminée). 



PROJET POMME DE TERRE

Pommes de terre en agroforesterie


Expérience de cultures de pommes de terre en agorforesterie. Culture en forêt caducifoliée chênaie - hêtraie - châtaigneraie, altitude 500m, latitude 46,8167°N, longitude 4.25, climat océanique dégradé à montagnard, rusticité 8b (-9,4°C à -6,7°C), humidité atmosphérique importante, contraste hydrique estivale. 

Etude du biotope et du comportement sauvage des pommes de terre.

Expérience de régénération de biotopes pour culture vivrière en agroforesterie. 
  • reproduction végétative par tubercule
  • culture régénérative par semis avec variétés TSP (naturalisation, culture pérenne, multiplication par semis, diversité génétique )
Phase 1 (2016) : pomme de terre et fougère aigle
  1. amplitude climatique min (2016) - mulch fougères aigle
  2. amplitude climatique max (????)
analyse et compte rendu 2016 en cours.

Phase 2  (2017) : 
culture en conditions climatiques moyennes, 
adaptation des observations lors de l'expé 1 en 2016. 

Phase 3 : pomme de terre TSP
expérimentation avec des variétés de pomme de terre fertiles TSP





PROJET POMMIER

Régénération d'un pommier



Expérience de régénération de biotope d'un pommier dans le verger du grand père d'Alex. Le verger de 600 m² était un verger entretenu de production de liqueur familiale avec des pruniers, des quetschiers, des mirabelliers, des cerisiers aigres, un cerisier, un pommier. 

Le pommier d'un certain âge (environ 50 ans) portait tous les signes de maladies communes des pommiers : cloque, verre, chancre, moniliose, rachitisme ... De mémoire du village et de la famille, cet arbre n'a jamais produit que des petites pommes malades et inconsommables.



Terrain : 600 m², verger de pruniers cultivés, orientation nord, plein vent, sol argilo-calcaire, zone inondable, humide, hydromorphe, plaine céréalière.
Arbre : Pommier cultivé de variété indéterminée.
Début du projet : 2013
Expérimentation réalisée
Analyse et publication du compte rendu en cours + une vidéo. 
Evolution du projet : Suivi de l'évolution du pommier régénéré et du verger de biodiversité.

2013-2014 : L'expérience a consisté à réaménager le verger, mettre en friche la végétation pour stimuler la levée de dormance et améliorer la biodiversité flore, faune, fonge, bactéries, favoriser les haies spontanées et les bordures de ronces, limiter les pollutions agricoles environnantes (plaine céréalières en zone humide - climax forestier aulnaie - chênaie-charmaie ). 

En 1 cycle (1 an) - fructification 2014 : la biodiversité s'est réinstallée, l'arbre a fructifié et commencé à se soigner. Les pommes étaient un peu plus grosses, la peau plus saine, moins véreuse mais encore piquetée.

En 2 cycles (2 ans) - (décennale de sécheresse en Bourgogne ) : fructification automne 2015 : le pommier présentait une santé globale très satisfaisante et quelques maladies résiduelles sur quelques fruits ; à l'automne 2015 le pommier a produit une fructification massive, abondante, saine et très savoureuse, riche en cire, en pectine, en sucre, en vanilline et autres essences identifiables à la dégustation. C'est la première fois que le pommier aurait fructifié de la sorte ( Alex, ami du grand père).

En 3 cycle (3 ans) - fructification automne 2016 (décennale d'humidité en Bourgogne) : ......... attente d'observation pour confirmation.

La méthodologie de régénération de biotope est née dans ce verger. 


PROJET CEPE

Paraculture de Cèpes sp. pour Forêt Jardin



Paraculture de Cèpes sp. dans une forêt jardin de Fagacées ( Châtaignier - Chêne ).

Phase d'observation de l'Ecologie des Cèpes en Bourgogne :
Observation des optimums à Bolets et Cèpes en Bourgogne dans les chênaie-charmais-pommeraie-poireraie-noiseraie, et les châtaigneraie-chênaie-noiseraie.
2013-2015 : Côte d'Or (21) - argilo calcaire, plaine.
depuis 2015 : Massif d'Uchon (71) - granitique, colline.

Phase d'observation - compréhension des ponts mycorhiziens (pour projet forêt jardin) : 
Observation des ponts mycorhiziens Fagacées - Rosacées en forêt.
Champignons relevés : Xerocomus, Bolet des Charmes, Bolets sp., Cèpes d'été, Cèpes d'automne sp, , Chanterelles sp, Girolles, Trompettes des morts, Pieds de mouton
Rosacées sauvages impliqués : Aubépine, Pommier, Poirier, Alisier, Sorbier, Néflier.

Phase expérimentale : 
1ère étape : Identification des écosystème à Cèpes dans la forêt jardin.
2ème  étape : Expérimentation de régénération du réseau fongique en milieu érodé, pentu et rocheux. Aménagement de rétention d'humus. Réseau. Inoculation de spores de souches sauvages de Cèpes d'Uchon châtaignier et chênes.
3 ème étape : Expérimentation de Ponts mycorhiziens Fagacées - Rosacées. aménagement d'écosystème d'accueil dans la forêt jardin à Permaforêt.

spot 1 : combe à noisetiers, aubépine, châtaigner, charme, sureau, prunellier.
spot 2 : pente à châtaignier - charmaie - noisetier - houx - poirier - pommier.
spot 3 : plateau à chêne - châtaignier - noisetier - pommier - poirier - néflier





PROJET MYCOGARDENING

Compagnonnage fongique



Compagnonnage avec des champignons forestiers dans une forêt-jardin.

Expérimentation de paraculture de Champignons sauvages saprophytes avec les légumes et les fruits en Agroforesterie (Grande Lépiotes, Pleurotes en huître, Pleurote du panicaut, Clitocybe géotrope, Pied bleu, Collybie à pied velouté ).





PROJET LEPIOTES

Paraculture de Grandes Lépiotes sauvages, Macro Lepiota sp.



1ère phase : Immersion dans l'Ecologie des Grandes Lépiotes, Observation des spots à grandes lépiotes sur le terrain de Permaforêt et dans le massif d'Uchon.

2ème phase : Aménagement facilitant la reproduction spontanée des lépiotes in situ.

3ème phase : Choix de 3 spots :
sous-bois graminicole à mélique, sous ormaie et source.
pente sèche en érosion, lisière de sureaux et prunelliers.
combe sèche sous chênaie.
pâture et milieu fumicole et graminicole.

4ème phase : 
Compagnonnage fongique dans la forêt jardin céréales- rosacées, notamment spots à mélique, vesce, fraise des bois.
Essai d'inoculation du fumain pour terre de potager et poulailler.





PROJET PIED BLEU

Paraculture de Pieds Bleus sauvages, Lépista nuda.



1ère phase : immersion dans l'écologie des pieds bleus, observation des spots à lepista nuda à Permaforêt et dans le massif d'Uchon, compréhensions des optimums de culture et des capacités de résistances au gel et aux gastéropodes.

2ème phase :  aménagement in situ pour favoriser la pérennité du mycélium. test de MFfc multiplication fongique à faible coût, sporée, empreinte de mycélium, milieu d'accueil, litière nutritive d'expansion pour mycélium, Ecosociologie pieds bleu, pézize, lépiotes, bolet des charmes, cèpes, coprin pie ?

3ème phase : paraculture de pieds bleus dans 3 spots :
décomposition de merisier dans litière de chêne/charme/châtaignier, en lisière chênaie, châtaigneraie - charmaie - néflier.
décomposition de merisier sous érablière.
décomposiiton de litière sous chênaie - pommeraie

4ème phase : lieu d'accueil d'un écosystème potentiel à pieds bleus dans la forêt jardin.






PROJET PLEUROTES

Paraculture de Pleurotes

Paraculture de Pleurotes en huître sauvage, pleurotus ostreatus.

depuis 2013
Etude du biotope des pleurotes en huître, pleurotus ostreatus
Etude des essences hôtes, du cycle de vie et de reproduction du mycélium, des partenaires écologiques, des conditions de fructification, de l'optimum de fructification, de la succession écologique dans le cycle de l'arbre et de la forêt, mycosociolgie.

2014-2015 Côte d'Or (21)
Expérimentation de protoculture de pleurotes en huître sauvage (milieu vivant).

2015-2017 Expérimentation de mycogardening avec pleurotes en huître, souche sauvage acclimatée en milieu potager, urbain, forestier, milieu calcaire et acide. Diversification de substrat.

depuis 2015 Saône et Loire (71) - Permaforêt.
Expérimentation de paraculture de pleurotes sauvage in situ, en milieu forestier (sporée et empreinte mycélium). 

site 1 : châtaignier centenaire
site 2 : chêne 








PROJET ENZYMES FONGIQUES

Guttation fongique


1ère phase : Test de composition des enzymes fongiques :
  • produites par le mycélium ( digestion, zoning, stress, exposition UVs ) 
  • par le carpophore ( guttation stade jeune, guttation expulsion des spores, infection myxomycètes ou bactérienne ), notamment chez les espèces lignicoles (fomes sp., inonotus sp., polyporus sp., tramates sp., hydnellum sp., fistulina hepatica et autres ).
2 ème phase : Test des propriétés en mycogardening en agroforesterie (compagnonnage avec les champignons).





PROJET LICHENS

Compagnonnage lichénique



phase 1 : test de gels de champignons et de lichens d'été et d'hiver 
  • champignons gélatineux (russula sp, amanita sp., fistulina hepatica, oudemansiella mucidula., flammularia velutipes, pleurotus sp., pezize sp., tremella sp. autres). 
  • champignons résistants au gel : flammulina v., clitocybes sp., pseudoclitocybe cyathiformis...), à la sécheresse (macrolepiota sp., tramates sp., polyporus sp., polyporus alveolaris....)
  • observation des synergies lichens & mousses dans les milieux extrêmes ( dalle rocheuse, altitude, arctique, dunes méditerranéennes, branches, sol destructuré )
  • possibilité d'expédition (montagne, méditerranée, pays nordiques ).

phase 2 : expérimentation des propriétés d'hydratation, de résistance à la sécheresse, à la dessiccation, à l'irradiation (UVs), au gel, aux nécroses précoces, reconstitution cellulaire, reviviscence, en compagnonnage.
  • compagnonnage mycélium - plantes en agroforesterie
  • substrat à base de lichens, mousses, champignons, chatons floraux en conditions rocheuse ou absence de sol.
Phase 3 : Applications potentielles en agriculture en milieu extrême ou absence de sol ( landes, garrigues, dunes et désert, dalle rocheuse, hors sol, intérieur, aérospatial)

 en cours d'expérimentation.







PROJET MYCORUCHE

Prototype mycoruche tronc



Le prototype de mycoruche est réalisé dans des vieux troncs. Ils sont collectés dans les tas de bois déclassés lors des coupes de bois des environs grâce au don des grumiers et des propriétaires privés du coin. Les essences choisies sont en pin sylvestre, en châtaignier, en chêne, en robinier faux-acacia ou en merisier. Ils sont spécifiquement sélectionnés avec un diamètre supérieure à 50 cm de large, avec un aubier de 5 cm min, sur une hauteur de 90 cm, et un duramen digéré par les fourmis charpentières et les champignons lignicoles. L'expérience consiste à observer l'architecture d'une ruche sauvage et la relation abeilles-fourmis-champignons.

Ce projet donne suite aux observations d'une ruche sauvage dans un merisier en Côte d'Or pendant 2 ans et d'hyménoptères dans les vieux troncs creux en forêt. 



Matériau 
: récupération de vieux troncs réformés dans les coupes de bois forestières privé ou public (contact 07.86.82.22.81). Recyclage de plaque d'ardoise.
Process : Prédigestion du duramen par des champignons et des fourmis. Installation spontanée des rayons dans la ruche. 
Recherche : Observation et analyse de l'architecture de la ruche, du tronc, des bordures, des rayons, des ventilations, du compostage interne par les champignons et les fourmis, de la relation hyménoptères-champignons et en particulier abeilles-fourmis-champignons et toutes autres observations. Échantillonnage des miels et des rayons pour analyse en laboratoire. 
Dépenses :  caméras endoscopes, tronçonneuse électrique (169,90€), 2 batteries (120€ x 2), chargeur ( 30€), kit d’affûtage (10€ environ), lames, huiles écologique et biodégradable, remorque ( 599€).
test en laboratoire (e cours d'estimation - environ 150€/test)
Paraculture : Optimisation de la pollinisation. 
Date : depuis 2016, 
Avancement : expérimentation en cours.


PROJET RUCHER

Rucher de biodiversité


APIDOLOGIE - DESIGN Installation d'un rucher tronc en forêt sur le site de Permaforêt. Le rucher est un observatoire et un conservatoire des abeilles noires du Massif d'Uchon. Les 5 ruches troncs ou tonneaux sont mises à la disposition des abeilles dans les lisières forestières et les éboulis rocheux pour qu'elles viennent s'installer spontanément. 

Le rucher conservatoire accueille un essaim semi-sauvage collecté chez un particulier avec rayons, couvain et reine et un essaim sauvage d'abeilles noires spontanée (depuis printemps 2016). 

Les abeilles sont valorisées pour la pollinisation des fruitiers, des légumes et des aromates dans la forêt jardin.



Matériau : récupération de vieux troncs réformés dans les coupes de bois forestières privé ou public, ou recyclage de tonneau de 50L en bois de chêne / châtaignier (contact 07.86.82.22.81).
Process : Ruches installées en lisière forestière. Essaimage naturel.
Recherche : Observation des biotopes des abeilles noires à Uchon. Observation des essaimages spontanés. Compréhension du milieu d'implantation choisies par les abeilles. Relevés phénologiques des ressources récoltées. Échantillonnage des miels et des rayons pour analyse en laboratoire. 
Dépenses : caméras endoscopes, tronçonneuse électrique (169,90€), 2 batteries (120€ x 2), chargeur ( 30€), kit d’affûtage (10€ environ), lames, huiles écologique et biodégradable.
test en laboratoire (en cours d'estimation - environ 150€/test), matériel et 2 tenues d'apiculteur (240€)
Paraculture : Optimisation de la pollinisation de la forêt-Jardin. 
Date : depuis 2016, 
Avancement : expérimentation en cours.


PROJET MIELS SAUVAGES

Composition des miels sauvages en forêt


APIDOLOGIE Test de la composition des pollens et des miels sauvages issus des récoltes spontanées des abeilles en forêt, dans un environnement connu, diversifié et permanent ( en ruche tronc de biodiversité fixe, à rayons libres ). Découverte des associations d'essences réalisées par les abeilles. Recherche de composés fongiques ou lichéniques. Focus sur la connaissance des compositions des miels d'hiver.

Phase 1 : 
  • Observation des phénologies de récoltes des pollens, nectars, baumes, cires, enzymes... 
  • Collecte d'informations au près du public.

Phase 2 : Conception d'un casier à tubes pour prélèvement sans ouverture de ruche ou manipulation de rayons. Échantillonnage en tube à essai en verre directement conditionnés par les abeilles avant envoi en laboratoire.

Phase 3 : Test de la composition des pollens et des miels sauvages issus de récoltes spontanées en forêt, dans un environnement connu et permanent (ruche tronc de biodiversité). Analyse des associations réalisées par les abeilles dans les alvéoles, évaluation des interactions-synergies entre les essences choisies (végétales, fongiques, lichénique, autre ... ) dans le processus de fermentation des miels, les vertus médicinales potentielles pour les abeilles, notamment dans les miels d'hiver.