LA PARACULTURE

La Paraculture est une pratique résiliente de culture cueillette en forêt. Les ressources comestibles spontanées sont multipliées directement dans leur milieu naturel. Cette pratique des peuples des forêts, entre cueillette et culture sauvage, préserve les ressources naturelles tout en favorisant la régénération spontanée des plantes dans leur milieu, leur productivité et leur abondance pour l'alimentation humaine. 

vue sur le Morvan dans la forêt jardin de Permaforêt, à Uchon








Cultiver avec le sauvage, sans domestiquer



La paraculture en Europe
Un projet pilote en milieu tempéré.

La pratique de la paraculture en milieu tempéré fait partie des expérimentations pilotes à Permaforêt.  C'est le premier projet de paraculture en Europe.

racine de pissenlit

La Paraculture est un terme employé par l'ethnobotaniste Edmond Dounias, en 1996, lors de son étude sur la forêt-culture des ignames sauvages par les Pygmées Baka dans les écotones forêt-savane du Cameroun.

"La paraculture est ainsi définie comme une manipulation sociale de la plante sauvage visant à en favoriser le renouvellement. La finalité n'est point d'en faire une plante cultivée, mais d'en rationaliser la production tout en la maintenant dans son environnement naturel." "Dans une forêt jeune, de 30 à 40 ans, un relevé sur 1 hectare démontre que la paraculture augmente fortement le nombre de pieds d'ignames spontanés comestibles " (ndlr de 112,5 pieds de tubercules comestibles en semis spontané sauvage à 409 pieds en paraculture, soit une augmentation de 3,6 fois sa productivité)"."Un suivi sur plusieurs années de la production de cette parcelle a montré également une augmentation substantielle de la taille des tubercules des pieds d'ignames ayant bénéficié de la paraculture." 

Découvrez la liste des cultures régénératives sur le nouveau site Permaforêt


LA CUEILLETTE


On prélève la ressource comestible dans le milieu sans démarche de préservation, de multiplication ou de productivité. La cueillette et la chasse demandent à être réglementées afin d'assurer la pérennité de la ressource comestible (plante, champignons, miel, gibier...). 

La dimension sociale de partage collectif est difficile à appréhender.


LA PROTOCULTURE

Les plantes sont prélevées dans le milieu sauvages et replantées proche de l'habitation. La multiplication, les semences et les plantes sont domestiquées. In fine, la plante se retrouve domestiquée en dehors de son milieu naturel. 

Cette culture est plutôt anthropocentrée : la plante s'adapte au milieu plus ou moins artificiel de l'homme. 

C'est la forme la plus commune de culture de plantes sauvages comestibles dans le monde

LA PARACULTURE


La culture-cueillette ou cueillette régénérative reproduit la plante sauvage dans son milieu naturel, sans domestication.

Cette culture est écocentrée : l'homme cultive dans le milieu naturel de la plante. La plante reste sauvage. Les gestes de multiplication et de cueillette respectent le développement spontanée de la plante.

Cette pratique sociale de la cueillette régénérative repose sur des connaissances naturalistes profondes des plantes consommées et de leur milieux. 

Les peuples de cueilleurs-cultivateurs pratiquent ou ont pratiqué cette méthode de cueillette régénérative à travers le monde, de manière nomade ou sédentaire.
Elle disparaît au rythme de la déforestation et de l'agriculture de rente, au détriment de l'agriculture vivrière.